Les oasis en Afrique du Nord : dynamiques territoriales et durabilité des systèmes de production agricole.

Ce numéro thématique des Cahiers Agricultures se propose de partager les connaissances sur les dynamiques en cours dans les oasis d’Afrique du Nord et leurs relations avec l’élevage et les activités non agricoles. Il fait suite à un symposium international organisé en 2017 à Zagora au Maroc.

Longtemps considérées comme en déclin, les oasis ont été soumises à des changements profonds et déstabilisants depuis la seconde moitié du XXe siècle : émigration, urbanisation, projets étatiques et arrivée d’investisseurs. Aux oasis classiques sont venus s’adjoindre de nouvelles extensions ou projets agricoles, juxtaposant ainsi les formes d’agriculture les plus modernes et les plus traditionnelles.

Les oasis, très spécifiques du fait des fortes contraintes climatiques, sont donc aussi intégrées dans les grandes évolutions contemporaines  : opposition tradition/modernité, évolution du rôle de l’État, des communautés locales et des acteurs privés, reconnaissance de spécificités de terroirs, souci de la durabilité des ressources naturelles, préoccupations environnementales. Elles se trouvent ainsi aux avant-postes d’une réflexion plus universelle sur la transition écologique vers le développement durable.

Coordonnateurs : Ahmed Bouaziz, Ali Hammani, Marcel Kuper

Pour accéder au numéro complet cliquer ICI

Les micro-exploitations agricoles de plantes aromatiques et médicinales : élément marquant de l’agriculture urbaine à Ziguinchor, Sénégal

 

Auteurs :

1 Laboratoire d’agroforesterie et d’écologie (LAFE), Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ), BP 523, Ziguinchor, Sénégal
2 Université Cheikh Anta Diop, Institut des sciences de l’environnement, Dakar, Sénégal
3 UMR Innovation, Université Montpellier, INRA, Montpellier SupAgro, Montpellier, France

L’agriculture urbaine est une activité reconnue pour sa multifonctionnalité. En Afrique, elle peut contribuer à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté. Souvent associée au maraîchage, et de plus en plus, à l’élevage urbain, la production de plantes aromatiques et médicinales est une forme d’agriculture urbaine peu étudiée. Elle est présente à Ziguinchor, au Sénégal, où a été menée l’étude. L’objectif de cet article est de caractériser cette agriculture et d’apprécier ses fonctions environnementales et socioéconomiques. La méthode combine une cartographie des sites agricoles et une enquête auprès de 70 producteurs. Les résultats montrent qu’il s’agit de micro-exploitations qui se développent dans les interstices urbains. La tenure foncière est dominée par l’emprunt gratuit à des propriétaires qui peuvent reprendre leurs terres à tout moment. Les espèces cultivées sont Mentha spicata L., Mentha X piperita L. et Ocimum basilicum L. La culture de ces plantes est l’œuvre des femmes qui en tirent des revenus significatifs. Ces revenus sont destinés à l’achat de denrées alimentaires et à la scolarisation des enfants. En plus de réduire les situations de pauvreté, ces micro-exploitations contribuent à l’assainissement de la ville, car la fertilisation provient des ordures ménagères organiques et de la fumure animale. Les menthes recèlent d’autres vertus, notamment médicinales, peu connues des producteurs. Malgré ces atouts, cette activité est limitée dans son développement alors que des solutions d’amélioration technique et de valorisation commerciale seraient possibles. Pour consulter l’article cliquer ICI

 

Le plan Ecophyto de réduction d’usage des pesticides : décryptage d’un échec

Le plan national Ecophyto, lancé en 2008 par le gouvernement français, qui visait une réduction de l’usage des pesticides de 50 % en dix ans, « si possible », est un échec : en effet, au cours des cinq premières années de son application, la consommation de ces produits a augmenté. Ce constat a conduit les pouvoirs publics à annoncer un plan Ecophyto 2, en cours de mise en place. Pour les auteurs de cet article (agronomes et sociologues), l’échec était prévisible, au vu des caractéristiques des actions mises en place. Ils le montrent par l’analyse de deux actions phares du plan (le Bulletin de santé du végétal, base de l’information diffusée pour évaluer en temps réel les risques de bioagresseurs, et le réseau DEPHY de fermes de démonstration, conçu pour expérimenter et déployer des techniques économes en produits phytosanitaires), et l’analyse de l’usage fait des indicateurs de suivi du plan. Mais l’échec est imputable, plus encore peut-être, au fait que les actions n’ont ciblé que les agriculteurs et leurs conseillers, sans tenir compte des effets de « verrouillage sociotechnique », c’est-à-dire des interdépendances qui relient l’ensemble des acteurs économiques engagés dans la logique de systèmes agricoles pour lesquels les pesticides jouent un rôle de pivot. Le plan Ecophyto a cependant envoyé un signal symbolique fort, qui peut être déterminant à moyen et long termes : les pouvoirs publics annoncent clairement la fin de l’usage massif des pesticides en agriculture.

http://www.cahiersagricultures.fr/fr/articles/cagri/full_html/2017/01/cagri160188/cagri160188.html