Agriculture, alimentation et emploi en Afrique de l’Ouest

L’économie alimentaire est le premier employeur en Afrique de l’Ouest, avec 66% de l’emploi total. Bien que la majorité de ces emplois soient encore dans l’agriculture, les activités non agricoles liées à l’alimentation progressent à mesure que le secteur s’adapte à l’évolution démographique, à l’urbanisation et à la croissance des revenus. Compte tenu du nombre d’emplois concernés, disposer d’une vision claire des perspectives de l’économie alimentaire est essentiel. Cette Note vise à quantifier et décrire la répartition de l’emploi dans les segments de l’agriculture, de la transformation, de la commercialisation et de la restauration hors domicile. Elle analyse les implications spatiales des transformations en cours, en particulier les interactions urbain-rural et la diversification de l’emploi rural. Enfin, elle propose des pistes politiques pour des stratégies d’emploi ciblées qui optimisent les synergies entre productivité agricole, emploi non agricole et interactions urbain-rural, et garantissent l’inclusion, en particulier des jeunes et des femmes. Télécharger le document ICI

L’offre de recherche converge-t-elle vers les besoins du secteur agroalimentaire au Cameroun ? Une analyse par la bibliographie

1 Université de Yaoundé II-Soa, Département d’Économie Publique, BP 1365, Yaoundé, Cameroun
2 Cirad, Umr Innovation, B15, 73 rue JF Breton, 34398 Montpellier, France
3 University of Buea, Department of Economics and Management, PO Box 63, Buea, Cameroon
4 Univ Montpellier, Montpellier, France

Il est possible de connaître les impacts de la recherche en interrogeant dans la littérature la convergence entre la demande et l’offre de recherche dans les pays en développement où les statistiques sur l’innovation sont peu disponibles. Nous traitons cette interrogation dans le cadre du secteur agroalimentaire au Cameroun. La demande de recherche est estimée par les indicateurs de besoins élaborés à partir des opinions des chefs d’entreprises concernant le climat des affaires et la protection de l’environnement. L’offre de recherche est mesurée par un indicateur de pertinence des thématiques traitées dans les publications scientifiques faites par les auteurs camerounais. L’étude utilise les données bibliométriques sur la période 1991–2015, et celles du recensement général des entreprises de 2008. Elle constate une faible correspondance entre les besoins de développement des entreprises agroalimentaires et la littérature scientifique et discute les conditions d’usage de la méthode proposée.

Pour télécharger l’article cliquer ICI