Tous les articles par Hassan Quarouch

Le plan Ecophyto de réduction d’usage des pesticides : décryptage d’un échec

Le plan national Ecophyto, lancé en 2008 par le gouvernement français, qui visait une réduction de l’usage des pesticides de 50 % en dix ans, « si possible », est un échec : en effet, au cours des cinq premières années de son application, la consommation de ces produits a augmenté. Ce constat a conduit les pouvoirs publics à annoncer un plan Ecophyto 2, en cours de mise en place. Pour les auteurs de cet article (agronomes et sociologues), l’échec était prévisible, au vu des caractéristiques des actions mises en place. Ils le montrent par l’analyse de deux actions phares du plan (le Bulletin de santé du végétal, base de l’information diffusée pour évaluer en temps réel les risques de bioagresseurs, et le réseau DEPHY de fermes de démonstration, conçu pour expérimenter et déployer des techniques économes en produits phytosanitaires), et l’analyse de l’usage fait des indicateurs de suivi du plan. Mais l’échec est imputable, plus encore peut-être, au fait que les actions n’ont ciblé que les agriculteurs et leurs conseillers, sans tenir compte des effets de « verrouillage sociotechnique », c’est-à-dire des interdépendances qui relient l’ensemble des acteurs économiques engagés dans la logique de systèmes agricoles pour lesquels les pesticides jouent un rôle de pivot. Le plan Ecophyto a cependant envoyé un signal symbolique fort, qui peut être déterminant à moyen et long termes : les pouvoirs publics annoncent clairement la fin de l’usage massif des pesticides en agriculture.

http://www.cahiersagricultures.fr/fr/articles/cagri/full_html/2017/01/cagri160188/cagri160188.html

Le dromadaire et l’oasis : du caravansérail à l’élevage périurbain

Les relations entre le dromadaire et l’oasis relèvent d’une certaine ambiguïté car le dromadaire, animal du nomade par excellence, marque les territoires désertiques de sa mobilité alors que l’oasis est, par essence, un point d’attache. Si, au cours de l’histoire, le dromadaire ne pénétrait en ville que pour les étapes caravanières (les caravansérails), il n’y demeurait que rarement sauf à jouer les auxiliaires pour l’agriculture oasienne. L’évolution des systèmes de production, l’augmentation de la demande en protéines animales pour approvisionner une population urbaine grandissante, ainsi que les espérances sociales des éleveurs nomades en matière d’éducation et de santé ont contribué à modifier la relation entre les élevages de dromadaire et la ville oasienne. Le développement d’un élevage camelin périurbain tant pour l’approvisionnement en lait qu’en viande a bouleversé les antiques liens entre nomades et sédentaires, se traduisant par une interpénétration accrue des activités portées par les uns et les autres. L’article s’appuie sur plusieurs exemples des évolutions constatées en Afrique saharienne (Mauritanie, Algérie, Tunisie), au Sahel (Tchad, Niger), au Moyen-Orient (Arabie saoudite) et en Asie centrale (Kazakhstan, Turkménistan).

http://www.cahiersagricultures.fr/articles/cagri/full_html/2017/01/cagri160215/cagri160215.html

Quelles recompositions dans le financement de l’agriculture en Afrique de l’Ouest ?

Le paysage institutionnel du financement de l’agriculture est en cours de recomposition, avec la multiplication et la diversification des acteurs, ainsi que l’imbrication croissante des financements publics et privés. La volonté d’attirer de nouveaux opérateurs privés se traduit par la mise en place de montages financiers où les fonds publics sont censés jouer un effet de levier. Cette évolution interroge la capacité des États à cibler les financements pour répondre aux grands enjeux de développement tels que la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté et la modernisation de l’agriculture. Une étude comparative menée dans trois pays d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Côte d’Ivoire, Ghana) apporte des éléments de réponse. Les institutions nationales sont généralement trop faibles pour canaliser les nouveaux flux de financement vers les objectifs affichés de la politique agricole. Les disparités de financement du secteur agricole, déjà marquées par le passé, s’en trouvent exacerbées et l’accroissement global des montants de financement s’accompagne de la concentration de ceux-ci au profit de l’agriculture entrepreneuriale et au détriment de l’agriculture familiale, des biens publics et de certaines régions enclavées.

http://www.cahiersagricultures.fr/fr/articles/cagri/full_html/2016/06/cagri160030/cagri160030.html