Le plan Ecophyto de réduction d’usage des pesticides : décryptage d’un échec

Le plan national Ecophyto, lancé en 2008 par le gouvernement français, qui visait une réduction de l’usage des pesticides de 50 % en dix ans, « si possible », est un échec : en effet, au cours des cinq premières années de son application, la consommation de ces produits a augmenté. Ce constat a conduit les pouvoirs publics à annoncer un plan Ecophyto 2, en cours de mise en place. Pour les auteurs de cet article (agronomes et sociologues), l’échec était prévisible, au vu des caractéristiques des actions mises en place. Ils le montrent par l’analyse de deux actions phares du plan (le Bulletin de santé du végétal, base de l’information diffusée pour évaluer en temps réel les risques de bioagresseurs, et le réseau DEPHY de fermes de démonstration, conçu pour expérimenter et déployer des techniques économes en produits phytosanitaires), et l’analyse de l’usage fait des indicateurs de suivi du plan. Mais l’échec est imputable, plus encore peut-être, au fait que les actions n’ont ciblé que les agriculteurs et leurs conseillers, sans tenir compte des effets de « verrouillage sociotechnique », c’est-à-dire des interdépendances qui relient l’ensemble des acteurs économiques engagés dans la logique de systèmes agricoles pour lesquels les pesticides jouent un rôle de pivot. Le plan Ecophyto a cependant envoyé un signal symbolique fort, qui peut être déterminant à moyen et long termes : les pouvoirs publics annoncent clairement la fin de l’usage massif des pesticides en agriculture.

http://www.cahiersagricultures.fr/fr/articles/cagri/full_html/2017/01/cagri160188/cagri160188.html


Une réflexion au sujet de « Le plan Ecophyto de réduction d’usage des pesticides : décryptage d’un échec »

  1. Bonjour, dans une étude scientifique, on devrait s’attendre à descendre à un niveau analytique des résultats d’une opération ou d’une action plutôt qu’à des chiffres globaux nationaux ou par sondage : un peu comme lorsqu’on communique sur l’emploi en France, on ne cite que les millions de chômeurs sans préciser publiquement que certains territoires organisés ont deux ou trois fois moins de chômeurs que d’autres….ça doit être la même chose certainement dans l’utilisation des pesticides agricoles : donc, par exemple, nous ne savons pas si l’évolution prévue est positive dans les exploitations de grandes cultures de la Marne ou négatives dans celles de Charente ou très éloignée des objectifs dans tel autre bassin agricole du Languedoc…plan Phyto ou pas….nous ne savons pas même si ces données analytiques par système de production et par secteur géographique sont disponibles quelque part …..On peut ensuite commenter les freins ou les accélérateurs sociologiques du phénomène, mais à mon avis il faut d’abord partir de là….et ensuite y rester sur la durée…!
    Cordialement,
    François Pelatan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *